El Derecho de sucesion del pueblo Akan (Costa de Marfil) a la luz de los estudios coloniales franceses (1901-1902) y de los estudios marfileños recientes

Autores/as

  • Sosthène Boni

DOI:

https://doi.org/10.17561/rej.n23.7889

Palabras clave:

derecho colonial, Costa de Marfil, pueblo akan , derecho de sucesiones, heredero, patrimonio, familia, propiedad

Resumen

En el África precolonial, todas las sociedades se regían por sistemas consuetudinarios que tenían la ventaja de ser conocidos, interiorizados, controlados y, por tanto, legítimos. Al crear el África Occidental Francófona (AOF) y el África Oriental Francófona (AEF), la administración colonial francesa se dio cuenta de que era imposible someter a las poblaciones al derecho privado francés y que, por tanto, era urgente investigar y codificar las costumbres locales (Costa de Marfil, 1901-1902). Este artículo explora el derecho de sucesiones del pueblo akan, comparando lo que nos dicen los recientes estudios africanos con la concepción francesa que prevalecía entre los agentes coloniales. Esta comparación pone de manifiesto dos lógicas muy diferentes en cuanto a la transmisión de la herencia (la identidad del heredero, su sucesión en las funciones, su sucesión en los bienes), y la gestión de la herencia, y en particular los derechos del heredero sobre los bienes, la esposa y los hijos del difunto.

Descargas

Los datos de descargas todavía no están disponibles.

Biografía del autor/a

Sosthène Boni

Docteur en histoire du droit, Maître-assistant, Université Alassane Ouattara de Bouaké

Citas

Allou, K. R. (2012). Les populations Akan de Côte d’Ivoire, Brong, Baoulé Assabou, Agni. Paris : L’Harmattan.

Amselle, J.-L. et Sibeud, E. (1999). Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste 1870-1926. Paris : Maisoneuve & Larose.

Ba, H. (1962). L’islam et l’Afrique noire. Colloque Les religions. Abidjan : Présence africaine.

Binet, J. (1959). Le mariage en Afrique noire. Paris : les Editions du Cerf.

Bonhomme, J. (2013). Les morts ne sont pas morts. Dans M. Cros et J. Bonhomme (Éds.). Déjouer la mort en Afrique. Or, orphelins, fantômes, trophées et fétiches (pp. 159-168). L'Harmattan. https://shs.hal.science/halshs-00801514

Boutillier, J. L. (1960). Bongouanou, Côte d’Ivoire. Paris : Edition Berger-Levrault.

Brunet-La Roche, B. (2013). Crime et châtiment aux colonies: poursuivre, juger et sanctionner au Dahomey de 1894-1945. Thèse. Toulouse : Université de Toulouse 2 Le Mirail.

Cazeneuve, J. (1976). Dix grandes leçons de la sociologie. Paris : Seuil.

Clozel, F.-J., et Villamur, R. (1902). Les coutumes indigènes de la Côte d’Ivoire. Paris: Challamel.

Cornu, G. (2003). Droit civil, introduction, les personnes, les biens. Paris : Montchrestien, 11ème édition.

Dareste, P. (1908). Le régime de la propriété foncière en AOF. Recueil du Dareste.

Delafosse, M. (1900). Essai de manuel de la langue agni, parlée dans la moitié orientale de la Côte d’Ivoire. Ouvrage accompagné d’un recueil de légendes, contes et chansons en langue agni, d’une étude des origines et des migrations des tribus agni-achanti. Paris : Publications de l’École des Langues Orientales Vivantes.

Delafosse, M. (1901a).Essai de manuel pratique de la langue mandé ou mandingue. Étude grammaticale du dialecte dyoula. Paris : Publications de l’École des Langues Orientales Vivantes.

Delafosse, M. (1901b). Les Libériens et les Baoulé, nègres dits civilisés, nègres dits sauvages. Paris : Librairie africaine et coloniale.

Delafosse, M. (1904). Vocabulaires comparatifs de plus de 60 langues ou dialectes parlés à la Côte d’Ivoire et dans les régions limitrophes : avec des notes linguistiques et ethnologiques. Paris : Leroux.

Delafosse, M. (1908-1909). Le peuple Siéna ou Sénoufo. Paris : Geuthner.

Delafosse, M. (1922a).L’âme nègre. Paris : Payot.

Delafosse, M. (1922b).Les Noirs de l’Afrique. Paris : Payot.

Delafosse, M. (1923). Terminologie religieuse au Soudan. Paris : Masson.

Delafosse, M. (1925). Civilisations négro-africaines. Paris : Stock.

Durand, B. (1983). Histoire comparative des institutions. Dakar-Abidjan-Lomé : Nouvelles Editions Africaines, Manuels et Traités n°4.

Elenga, D. (2009). La dévolution des biens et ses incidences sur la filiation en milieu urbain au Congo-Brazzaville. Annales de l’Université Marien Ngouabi. Lettres et Sciences Humaine, 10(1), 38-49. https://annalesumng.org/index.php/lsh/article/view/167

Fortes, M. (1953). Parenté et mariage chez les Ashanti. Dans A. R. Radcliffe-Brown. Systèmes familiaux et matrimoniaux en Afrique. Paris : PUF.

Gbaguidi, A-N. (1998). Pluralisme juridique et conflits internes de lois en Afrique noire. Thèse. Boudaeaux : Université Montesquieu de Bordeaux IV.

Gessain M., et Desgrées Du Loû, A. (1998). L’évolution du lévirat chez les Bassari. Journal des Africanistes, 68(1-2), 225-248. https://www.persee.fr/doc/jafr_0399-0346_1998_num_68_1_1170

Kouassigan, G. A. (1974). Quelle est ma loi? Tradition et modernisme dans le droit privé de la famille en Afrique noire francophone. Paris : Pédone.

Kouassigan, G.-A. (1966). L’homme et la terre, Droits fonciers coutumiers et droit de propriété en Afrique occidentale. Paris : O. R. S. T. O. M., Editions Berger-Levratilt.

Kuipou, R. (2015). Le culte des crânes chez les Bamiléké de l’ouest du Cameroun. Communications, 97, 93-105. https://www.persee.fr/doc/comm_0588-8018_2015_num_97_1_2775

Kuyu, C. (2022). Le quotidien du droit en Afrique Subsaharienne: de la défiance à l’égard du droit moderne au métissage juridique. Dans C. Gau-Cabée (Dir.). Le métissage des droits en Afrique subsaharienne francophone, regards croisés. Toulouse : Université Toulouse 1 Capitole, CTHDIP, collection numérique Diké n°3. https://cthdip.ut-capitole.fr/medias/fichier/publication-dike-n-3_1654697750195-pdf

Lamy, E., et Mwaboura, L. (1972). La dévolution successorale en République du Zaïre. Paris : R.J.P.I.C., n° 4.

Lombard, J. (1959). Le collectivisme africain, valeur socioculturelle traditionnelle, instrument de progrès économique. Présence africaine, 3(XXVI), 22-51. https://doi.org/10.3917/presa.9593.0022

Macqueron, J. (1971). Histoire des obligations - le droit romain. Aix-en-Provence : Centre d’Histoire Institutionnelle et de l’Antiquité Romaine, Série Mémoires et Travaux.

Meyo-Me-Nkoghé, D. (2010). Succession et héritage chez les fang du Gabon de 1841 à nos jours: un phénomène social enraciné dans les mœurs. Godo Godo, 20. https://www.revues-ufhb-ci.org/fichiers/FICHIR_ARTICLE_1850.pdf

Oble, J. (1984). Le droit des successions en Côte d’Ivoire: tradition et modernisme. Abidjan-Dakar-Lomé : Les Nouvelles Editions Africaines.

Olawalé, E. (1961). Nature du droit coutumier africain. Paris : Présence africaine.

Ourliac, P., et Gazzaniga, J.-L. (1985). Histoire du droit privé français, de l’an mil au Code civil. Paris : Edition Albin Michel.

R. Bastide (s.d.). Lévirat et sororat. https://www.universalis.fr/encyclopedie/polygamie/7-levirat-et-sororat/

Radcliff-Brown, A. R. (1968). Structure et fonction dans la société primitive. Paris : Editions de Minuit.

Soleil, S. (2021). La rédaction des coutumes en Côte d’Ivoire au regard de l’histoire de l’ordre coutumier français. Remarques introductives sur un projet de recherche. Cahiers du CAHDIIP (Côte d’Ivoire), 1-18. https://www.cahdiip.org/

Terré, F., Lequette Y., et Gaudemet, S. (2012). Les successions, les libéralités. Paris : Dalloz, 4. édition.

Thioye, M. (2022). Le droit coutumier africain, un droit à part entière et un droit largement à part. Dans C. Gau-Cabée (Dir.). Le métissage des droits en Afrique subsaharienne francophone, regards croisés. Toulouse : Université Toulouse 1 Capitole, CTHDIP, collection numérique Diké n°3. https://cthdip.ut-capitole.fr/medias/fichier/publication-dike-n-3_1654697750195-pdf

Toungakouagou Sama, S. T. (s.d.). Mutations des fonctions socioculturelles du lévirat chez les Waaba de Natitingou. Lomé : les Editions Francophones Universitaires d’Afrique. https://edition-efua.acaref.net/wp-content/uploads/sites/6/2022/01/Sabine-Tchokomi-TOUNGAKOUAGOU-SAMA.pdf

Vallier, E. (1902). Le fondement du droit successoral en droit français. Thèse. Paris : Université de Paris.

Villamur, R., et Delafosse, M. (1904). Les coutumes agni rédigées et codifiées, d’après les documents officiels les plus récents. Paris : Challamel.

Wondji, C. (1981). L’histoire dans les sociétés lignagères de la côte d’ivoire forestière. Dans J. Devisse, C.-H. Perrot, Y. Person et J.-P. Chrétien (Dir.). 2000 ans d’histoire africaine. Le sol, la parole et l’écrit. Mélanges en hommage à Raymond Mauny (Tome I, pp. 321-351). Paris : Société française d’histoire d’outre-mer. https://www.persee.fr/doc/sfhom_1768-7144_1981_mel_5_1_942

Zahan, D. (1980). Religion, spiritualité et pensée africaines. Paris : Payot.

Zenati, F. et Revet, T. (1997). Les biens. Paris : PUF.

Zisu, D. (1893). Des fideicommis (droit romain), des substitutions (droit français). Thèse. Paris.

Publicado

2023-06-14

Cómo citar

Boni, S. (2023). El Derecho de sucesion del pueblo Akan (Costa de Marfil) a la luz de los estudios coloniales franceses (1901-1902) y de los estudios marfileños recientes. Revista Estudios Jurídicos. Segunda Época, (23), e7889. https://doi.org/10.17561/rej.n23.7889

Número

Sección

Artículos